Ecofascisme : leçons de l'expérience allemande - La Révolution en Charentaises

Accueil du site > La bibliothèque du révolutionnaire > Ecofascisme : leçons de l’expérience allemande

Ecofascisme : leçons de l’expérience allemande

lundi 5 février 2007, par Onno Maxada / 36674 visites

En savoir plus sur l’écologie brune.

Ecofascism : lessons from the German experienceLe titre pourrait s’appeler Ecofascisme : les leçons de l’expérience allemande si un éditeur français avait pris la peine de le traduire. Malheureusement, ce n’est pas le cas et cet essai passionnant n’existe qu’en anglais. Nous avons donc décidé de proposer aux lecteurs de La Révolution en Charentaises un résumé de l’ouvrage. Le livre est composé de deux parties bien distinctes rédigées par deux auteurs s’inscrivant dans le courant de l’écologie sociale. La première a été rédigée par Peter Staudenmaier et s’intitule L’écologie fasciste : "l’aile verte" du Parti Nazi et ses antécédents historiques. Janet Biehl est l’auteur de la seconde partie : L’écologie et la modernisation du fascisme dans l’extrême droite allemande. Nous avons choisi de ne résumer que la première partie. Bien que l’essai de Janet Biehl soit très instructif sur la façon dont les néonazis infiltrent les mouvements écologistes contemporains en Allemagne, il nous a semblé que la lecture de son résumé serait fastidieuse pour qui ne connaît pas les différentes organisations politiques et écologiques allemandes. En revanche, nous publierons prochainement un article sur l’écofascisme en France aujourd’hui.

L’écofascisme ou l’écologie réactionnaire

Nombre d’écologistes perçoivent leur mouvement comme nécessairement progressiste. Or, l’analyse critique de son histoire montre que dès ses origines, il comportait des courants réactionnaires pouvant mener droit à la barbarie. C’est ce que montre l’essai de Peter Staudenmaier : Fascist ecology : the « green wing » of the Nazi Party and its historical antecedents.

Loin de vouloir jeter le discrédit sur l’écologie l’auteur cherche à préserver l’intégrité des mouvements écologiques sérieux et appelle à plus de vigilance pour lutter contre les influences réactionnaires, qu’il qualifie d’écofascisme. Sous des apparences progressistes, ce « fascisme vert » est un fascisme pur et dur qui n’intègre les préoccupations écologiques que pour renforcer ses positions autoritaires, racistes, antisémites et sa haine de la raison.

Pour Peter Staudenmaier comme pour Janet Biehl, c’est en intégrant la crise écologique dans son contexte social et en cherchant des solutions du côté de la raison, de la science et de la technologie qu’on parviendra à lutter efficacement contre l’écofascisme.

Les racines de la mystique du sang et de la terre

Selon l’auteur, l’écofascisme trouve ses racines dans "l’Allemagne" [1] du XIXè siècle. Dans la première moitié du siècle, deux intellectuels se distinguent par leur approche de la nature : le premier s’appelle Ernst Moritz Arndt et développe une théorie combinant l’amour de la terre et un nationalisme xénophobe ; le second est Wilhelm Heinrich Riehl. Ce-dernier construit sur l’héritage de Arndt en mettant un accent particulier sur le romantisme agraire et la haine des villes.

Les théories d’Arndt et Riehl trouvent un écho favorable dans la deuxième moitié du XIXè grâce au développement du mouvement völkisch, que l’auteur définit comme un « populisme ethnocentrique avec un mysticisme de la nature ». Concrètement, le mouvement prône un retour à la terre et à la vie simple et s’attaque au rationalisme, au cosmopolitisme et la civilisation urbaine (donc aux Juifs, censés incarner l’ensemble).

Au même moment, un zoologiste allemand répondant au nom de Ernst Haeckel marque de façon indélébile l’histoire de l’écologie puisque c’est lui qui en invente le mot. Cet individu éminemment réactionnaire devient vite une référence pour les partisans du darwinisme social, du racisme, de l’antisémitisme et de l’impérialisme allemand. L’écologisme de Haeckel est profondément anti-humaniste. Il considère l’homme comme une créature insignifiante soumise aux lois de la nature (la loi du plus fort notamment), lesquels doivent également déterminer l’ordre social. Les disciples de Haeckel approfondiront ses théories en insistant sur la nécessité de lutter contre le déclin de la race en préservant sa pureté.

Le mouvement des jeunes et Weimar


Sous la République de Weimar, l’Allemagne traverse une période difficile et peine à se relever de la Première Guerre Mondiale. Dans ce contexte, des "hippies de droite", appelé les Wandervögel développent une contre-culture prônant plus d’harmonie avec la nature. Les Wandervögel se voulaient apolitiques et défendaient l’idée d’une transformation des rapports entre l’homme et la nature, sur le mode romantique. Une large partie d’entre eux a fini par être séduite par la rhétorique nazie sur le rapport mystique entre l’homme et la nature.

Les Wandervögel ont en outre été influencés par des intellectuels comme Ludwig Klages ou Martin Heidegger, deux figures qui ont contribué à construire des ponts entre la nature et le fascisme du fait de leur rejet de la modernité et de l’humanisme, mais aussi à cause leur antisémitisme. Peter Staudenmaier considère que c’est parce que les Wandervögel ont refusé de mettre les problèmes écologiques dans un contexte social qu’ils ont pu être récupérés par le nazisme.

La nature dans l’idéologie nationale-socialiste

La nature joue un rôle central dans l’idéologie nationale-socialiste et a grandement contribué à sa popularité. Les préoccupations écologiques semblent parfaitement cohérentes avec l’ensemble de la doctrine nazie. L’écologie national-socialiste rejette en effet la place centrale de l’homme et considère que celui-ci n’est qu’un élément dans la chaîne de la vie - comme n’importe quel autre organisme - ce qui amène à relativiser sérieusement le poids d’une vie humaine. Ces conceptions sont doublées d’une approche mystique de la nature ("le sang et la terre", voir plus bas) et d’une conception organique de la société - chacun à sa place effectuant sans discuter les tâches qui lui ont été assignées - qui ouvrent la voie à un ordre social de type totalitaire.

Puisque la société doit s’inspirer des règles de la nature, le nazisme établit un lien entre la préservation de l’environnement et la protection de la pureté de la race : pas de pollution extérieure, pas de mélange des races. Pour rester en bonne santé, la race germanique a également besoin d’un espace vital, comme toutes les autres espèces.

Peter Staudenmaier insiste sur le fait que l’écologisme des nazis n’était pas un écologisme de façade et qu’il reposait sur de réelles convictions. Ainsi, il souligne que "Hitler et Himmler étaient tous les deux de stricts végétariens et des amis des animaux, attirés le mysticisme de la nature et les soins homéopathiques, et férocement opposés à la vivisection et à la cruauté envers les animaux. Himmler établit même des fermes biologiques expérimentales pour faire pousser des plantes destinées aux soins des SS. Et Hitler, parfois, pouvait avoir l’air d’un véritable utopiste vert, traitant avec autorité et dans le détail de diverses sources d’énergies renouvelables". C’est ce qui explique que jusqu’en 1942, les dirigeants nazis se soient tenus à l’approche écologique. Pour eux, c’était un élément essentiel de la revigoration de la race.

Le sang et la terre comme doctrine officielle

Haut dignitaire du parti nazi et Ministre de l’alimentation et de l’agriculture du Reich, Richard Walther Darré déclarait dès 1930 : "L’unité du sang et de la terre doit être restaurée". Derrière cette phrase devenue doctrine officielle, c’est une relation mystique entre la race et la terre qui se dessine. Incapables d’entretenir une relation profonde avec la terre, les étrangers et particulièrement les Juifs (parce que sans terre) sont indignes du sol allemand. Cette conception du rapport à la nature justifie aussi l’expansion impérialiste car elle légitime la conquête de terres considérées comme appartenant historiquement au peuple allemand.

La mise en pratique du programme écofasciste

En apparence, l’écologisme du IIIè Reich peut sembler en contradiction avec les importants efforts de modernisation du pays entrepris par Hitler et ses acolytes. Cependant, l’auteur souligne que tous les grands projets - comme la construction d’autoroutes par exemple - devaient être visés par des dignitaires nazis (notamment Fritz Todt et Alwin Seifert) en charge du respect de la doctrine écologique du NSDAP.

Grâce au soutien de nazis du plus haut niveau comme Hitler, Himmler ou Rudolf Hess, le régime a mis en place un dispositif législatif complet visant à préserver l’environnement. L’Allemagne nazie créa même la première réserve naturelle en Europe. Elle implémenta également une vigoureuse politique de développement de l’agriculture et plus spécifiquement de l’agriculture biologique.

L’auteur précise néanmoins que tous les nazis n’étaient pas prêts à aller s’engager aussi loin sur la voie écologique, à l’image de Goebbels et Göring.

L’écologie fasciste en contexte

La conclusion de Peter Staudenmaier est sans appel : "Pour rendre cette consternante et dérangeante analyse plus acceptable, il est tentant d’en tirer exactement les mauvaises conclusions : à savoir, que même les engagements politiques les plus répréhensibles produisent parfois des effets louables. Mais la vraie leçon est exactement inverse : même la plus louable des causes peut être pervertie et instrumentalisée pour être mise au service de la sauvagerie criminelle. "L’aile verte" du NSDAP n’étaient pas un groupe d’idéalistes innocents, désorientés et manipulés, ni même des réformateurs de l’intérieur : ils étaient des promoteurs et des exécutants conscients d’un programme infâme ouvertement dédié à une violence raciste inhumaine, à une répression politique massive et à une domination militaire mondiale".

Pour l’auteur, l’erreur de ceux qui ont apporté leur soutien à l’écofascisme a été de ne pas prendre en compte le contexte social dans l’analyse des problèmes écologique et de refuser de voir que ce contexte était le fruit d’intérêts divergents entre classes sociales. Autrement dit, aujourd’hui encore, ceux qui prétendent que l’écologie n’est ni de droite, ni de gauche commettent une dangereuse erreur : "l’écologie seule ne prescrit pas de politique, elle doit être interprétée, envisagée à travers des théories de la société pour acquérir une signification politique". Contre l’écofascisme, l’auteur choisit une autre tradition écologique : l’écoanarchisme de gauche.

BIEHL, Janet et STAUDENMAIER, Peter, Ecofascism : lessons from the German experience, AK Press, 1996.


Voir en ligne : Lire le livre en ligne (gratuit) sur spunk.org

Notes

[1] Rappelons que l’Etat allemand proprement dit ne fut créé qu’en 1871.


Partager

13 Messages de forum

  • Ecofascisme : leçons de l’expérience allemande 18 avril 2007 19:03, par prlando de rudder

    LE végétarisme d’Hitler serait un bon héritier de celui de saint Just ! MAis il semble qu’Hitler n’ait pas, ou pas toujours été végétarien ! Cependant, avec la fascination pour le Tibet, l’amitié pour le dalaï lama de l’époque, l’attirance pur les philodophies indiennes et bouddhistes, le nazisme a été le lieu d’un cetain végétarisme gt^ce à MAgda Goebbels, entre autres, bouddhiste dès l’enfance, hébraïsante t personnage clé. L4écologisme actuel, devenu libéral,procède de ce courant.. voir aussi:http://www.quebecoislibre.org/03092...

    Voir en ligne : remarque

    • Orlando de Rudder est un auteur extrémiste dangereux et collabo qui ferait mieux de se taire. Il est à classer dans la nouvelle vague des réacs dont Dantec et Soral font partis.

      Voir en ligne : a

    • Ecofascisme : leçons de l’expérience allemande 20 novembre 2008 17:18, par Zamenhof

      bon, ne pas conclure pour autant que manger de la viande est humaniste !

      http://www.reseaulibre.net/rage/abattoir.html

    • Ecofascisme : leçons de l’expérience allemande 6 juillet 2009 21:01, par Marjolaine

      Hitler a toujours mangé des saucisses et du jambon et ce jusqu’à la fin de sa vie. Il faut rappeler que Magda Goebbels était mariée avec le chef de la propagande nazie, celui-la même qui a propagé le mythe du végétarisme d’Hitler. Ce n’est pas parce que les nazis ont interprété et perverti certaines théories du bouddhisme - ou de l’hindouisme - qu’on doit presque accuser Bouddha d’être un nazi ! (C’est aussi outrageant qud de faire un lien avec le végétarisme, les défenseurs des animaux et l’écologie avec les divagations nazies ; les nazis n’ont jamais mis en pratique ce qu’ils disaient, c’étaient des menteurs et des hypocrites) Tout dans le bouddhisme originel (pas nécessairement dans celui venant du Tibet) s’articule autour du pacifisme, du respect de la vie et du refus de tuer. A noter, que les lamas tibétains ou les Rinpoche - par le passé mais encore de nos jours- n’étaient nullement végétariens. Manger de la viande, c’est être complice de la violence de l’abattoir, de l’exploitation des plus vulnérables et de cette loi du plus fort qui était si chère aux nazis...

      • Ecofascisme : leçons de l’expérience allemande 25 mars 2012 17:17, par orlando de rudder

        il serait plus simple de voir les sources du nazisme, la passion de la nature et des animaux exprimée par Von polenz et ruehl, inspirateurs directs d’hiter... De e renseigner sur magda goebbels, figure importante, bouddhiste et hébraîsante... et bien sûr de lire "dans la tanière du loup" de traudl Jung où l’on cite constanze Manziarli, la diététicienne personnelle d’Hitler, inspirée par Bircher-Benner, l’inventeur du Muësli (qu’Hitler appréciait), végétarien de choc et dirigeant un "bagne hygiéniste" végétarien quasi-militaire (qui a inspiré le sanarorium de "la montagne magique" de Thomas Mann) ressemblant à celui d’un autre végétarien, Kellog (inventeur des corn-flakes, à l’époque considérés comme diététique et dont le manque de sapidité devait empêcher "l’échauffment des sesn") .Personnalités psychorigides qui ont marqué le végétarisme moderne depuis l’origine, avec l’idéologie de la nature et l’animalisme si important et la réaction étonnante de Félix Salten qui, en écrivant Bambi, a fait un conte animaliste reprenant l’esthétique de l’époque, mais en en faisant un pamphlet contre Hitler... Eh oui, Bambi fut d’abord politique, contre l’antisémitisme, avant d’être récupéré par le sympathisant d’Hitler, Walt disney... on n’y peut rien mais nature et animaux(Walther Schoenichen fi réintroduire les loups dans certaines régions d’allemagne) , végétarisme voire naturisme sont fondateurs du nazisme... en France Maurras et alexis Carrel (sa "biocratie "préfigure la "dictature bienveillante écolo de Jonas, pourtant juif !)apportèrent leur pierre à tout ce fatras qui redevient actuel... Dans tout ce débat, la manque de culture est patent...les textes sont là et on ne comprend pas grand chose sans von polenz... Mais aussi sans josef Weinheber, écrivain, philosophe nazi qui propose une mystique de la nature fascinante et héritière de ces courants... le nazisme s’est inscrit dans une continuité à partir de l’amour de la nature de la culture germaniste, laquelle n’est certes pas tout entière nazie...

      • Ecofascisme : leçons de l’expérience allemande 25 mars 2012 17:28, par orlando de rudder

        Encore une fois, le parti-pris et l’inculture s’expriment ! votre message prouve votre ignorance et la méconnaissance des faits autant que le refus du réel...constanze Manziarly, diététicienne personnelle d’Hitler, à l’épique où le diététisme devenait frénétique, était dans la mouvance du végétarisme de Bircher Benner... duététicien, inventeur du Muesli.Hitler détestait la chasse, aimait les animaux... il serait temps que les végétariens donneurs de leçons se cultivent et ne se considèrent pas comme "supérieurs", le végétarisme n’est pas un certificat de grandeur d’âme ou de bonté, parfois même au contraire et son histoire le prouve, comme l’ignorance partisane qu’on voit dans ce débat ! moi, je tente d’être citoyen, de respecter les autres, de me renseigner pour savoir de quoi je parle : l’inculture est une agression, un incivisme méprisant !

    • Ecofascisme : leçons de l’expérience allemande 4 décembre 2012 17:23, par Rocky

      Dans un site internet si bien conçu, les posts de ce type peuvent être hâtivement ajouté à vos marque page.

      complémentaire santé


      mutuelle generation


      assurance santé haut gamme mutuelle 403 professionnel santé assurance santé - mutuelle - mutuelle santé nexx assurance mutuelle zenith assurance santé dentaire mutuelle dentaire
  • Ecofascisme : leçons de l’expérience allemande 5 novembre 2008 21:59, par boby

    Cette petite brochure est très intéressante. Elle souligne des points qui encore une fois amènent à se poser des questions sur notre époque.

    Elle peut servir également de bibliographie, car de nombreux ouvrages sont cités en notes.

    De manière collateral elle aborde le sujet particulier du New Age, dont les précurseurs théosophiques sont également à l’origine de la mystique nazi. LE rôle de l’idéologie "volk" et du lien entre la terre et le peuple dans la montée du nazisme sont bien mis en valeurs.

    On pourrait aussi lire avec profit ces deux articles : New Age et écofascisme, le New Age et la fin de la laïcité.

    • Orlando de Rudder est un écrivain laïcard, extrémiste et frustré. Il est dans la même lignée que Michel Onfray concernant les religions et sur la même lignée de Pascal Bruckner en ce qui concerne l’écologie. Cet écrivain si peu médiatique depuis des années ne suscite peu d’intérêt car on le voit jamais dans des débats littéraires en radio et tv.

      Voir en ligne : http://www.inlibroveritas.net/lire/...

  • Ecofascisme : leçons de l’expérience allemande 1er mars 2014 02:45, par elsa.howard

    à partir du moment où banque chaix en ligne cyberplus la on opte comparateur banque mais aussi banques en ligne à la différence comparatif banque en ligne la il est possible de changer de banque sans frais florence30florence30

  • Ecofascisme : leçons de l’expérience allemande 15 avril 2014 06:04, par jack.foster

    quand macif cette vous sélectionnez mutuelle sans oublier mutuelle alors que complémentaire santé la ceci est moins cher de savoir mutuelle gras savoie beatrice57beatrice57