Le vote utile... pour qui ? - La Révolution en Charentaises

Accueil du site > L’écrit du peuple > Le vote utile... pour qui ?

Le vote utile... pour qui ?

vendredi 13 avril 2007, par Onno Maxada / 11096 visites

Par quel tour de force un peuple qui a de plus en plus de mal à joindre les deux bouts choisit-il un membre de la haute bourgeoisie pour le représenter et appliquer un programme qui lui nuit ?

Tous les cinq ans, nous confions des pouvoirs considérables à un homme (ou une femme) dans lequel personne ne croit vraiment, à part peut-être une poignée de crétins fanatisés ayant troqué leur esprit critique contre des wagons pleins de slogans creux. Malgré le chômage de masse, la précarité, la course à la productivité, le creusement des inégalités, la résurgence de la menace fasciste et un désastre écologique annoncé, les Français vont une fois de plus voter dans leur écrasante majorité pour un(e) candidat(e) qui ne s’attaquera pas à la racine de leurs maux : la soumission de tout ce qui vit (à commencer par l’Homme) à une logique marchande servant les intérêts de quelques nantis. Autrement dit, sur le fond, leur vote sera totalement inutile.

La prouesse des médias et des partis politiques dominants, c’est d’arriver à faire croire exactement l’inverse en multipliant les sondages bidons et en assurant une visibilité maximale aux candidats du statu quo.

La stratégie d’étouffement des voix discordantes se double d’un véritable bourrage de crâne sur le thème du manque de choix et du vote par défaut... alors que les candidats offrent un spectre extrêmement large d’options politiques.

Faute de pouvoir éliminer cette diversité, le rouleau compresseur médiatique choisit de l’ignorer (absence de débat contradictoire avant le premier tour) et de dénigrer ceux qui refusent la logique du service démocratique minimum en les accusant d’être les alliés objectifs de l’extrême-droite... comme à l’époque du référendum sur le traité constitutionnel européen.

En ce qui me concerne, je considère que si je ne suis autorisé à donner mon avis que tous les cinq ans, c’est pour voter en faveur du candidat qui a le programme le plus proche de mes idées. A des années lumière des votes pseudo-stratégiques basés sur des sondages plus que douteux, j’opterai donc le 22 avril prochain pour un vote de conviction, le seul vrai vote utile pour faire vivre la démocratie. Si tout le monde faisait la même chose, les Sarkozy, Bayrou, Royal et consort seraient plus humbles et les Français moins désespérés.


Partager