On s'est battu pour qu'il en soit autrement, mais... - La Révolution en Charentaises

Accueil du site > L’écrit du peuple > On s’est battu pour qu’il en soit autrement, mais...

On s’est battu pour qu’il en soit autrement, mais...

mercredi 9 mai 2007, par Camille D. / 12064 visites

... Nicolas Sarkozy a été élu président de la République. Bien sûr il n’a pas eu ma voix ni, sans doute, la vôtre, mais avec 53% de l’électorat, personne ne peut contester cet état de fait : L’élu, c’est lui.

Alors voilà, ça y est, on y est. Des mois qu’on le sait, qu’on ne voit pas comment on va y échapper. (Certains avaient pensé à fuir le pays, mais pour aller où ? Les dictatures communistes, à l’image de Cuba, font plutôt froid dansle dos.) Finie la Chiraquie, bienvenue au Sarkoland.

Tout d’abord un petit mot pour se réconforter et diminuer la parano qu’on a tous eue aujourd’hui, hier, demain, dans les transports en communs, dans la rue, dans la cage d’escalier. Du genre à mater tout le monde, l’air inquisiteur "Où sont-ils ceux qui nous ont entraînés dans cette foutue galère ? Lui, avec le regard en biais ? Elle, avec son faux sac Chanel ?" 53% des électeurs, ça fait peur.

Et bien rassurez-vous, ils n’étaient que 42,7%. Oui 42,7% de votants pour Sarko ; 37,8% pour Ségo ; 3,5% de bulletins blancs ou nuls et 16% d’abstentionnistes. [1]Et si on compte encore tous ceux qui sont en âge de voter mais qui ne sont pas inscrits sur les listes électorales, ça diminue largement le nombre de gens qui n’ont pas hésité à commettre l’irréparable : voter à droite à toute !

JPEG - 107.4 ko
Affiche détournée de Nicolas Sarkozy

Alors ils vont l’avoir leur sevice minimum. Mais ce qu’ils n’ont pas compris c’est que ce n’est pas seulement les jours de grève qu’il sera en vigueur, c’est toute l’année, parce qu’il l’a dit. "Je dis tout avant, pour pouvoir tout faire après". (Rien que ça, ça fait peur !) Un fonctionnaire sur deux partant à la retraite ne sera pas remplacé. Jamais on avait autant chercher à démanteler le service public.

Ils les auront leurs heures sup. Travailler plus pour travailler encore plus... Encore une fois, les heures sup exonérées (de charges pour les employeurs, et d’impôts pour les employés), c’est toujours moins d’argent pour les services de l’Etat, donc moins de services pour celui qui bossera plus. C’est à dire, vous, nous, moi, eux. Personne ne sera épargné. Même si on espère tous s’en tirer un peu mieux que les autres...

La voilà la politique de droite ! Au mieux le chacun pour soi, au pire les uns contre les autres. J’en témoigne d’une conversation entendue ce midi même, pendant la pause déjeuner. Plusieurs de mes collègues, après avoir crié haut et fort être anéantis par l’élection de qui vous savez, ont immédiatement enchaîné sur le sujet des retraites, chacun se vantant d’avoir trouvé le meilleur système (qui les fonds de pension, qui l’investissement immobilier, qui l’assurance vie) pour mettre des sous de côté. Voilà, ça y est, on y est.

Certains en avaient fait une fiction, La France d’après épisode 1et épisode 2, la réalité sera-t-elle pire ?

Il y aurait encore beaucoup à dire sur ce que certains n’ont pas compris ou pas voulu comprendre, sur les dangers de cet homme, maintenant au pouvoir. Et pourtant, c’est comme si tout avait été dit. Comme si les gens s’étaient jetés consciemment dans la gueule du loup. Le truc c’est qu’ils nous ont entraînés avec eux !

Mais, ils auront cinq ans pour comprendre, et, il faut l’espérer, prendre conscience de l’arrivisme de cet homme sans scrupules. Car sinon, c’est dix ans de Sarko qui nous attendent. S’il a gagné cette fois, il a fort à parier qu’il sera candidat à sa succession dans cinq ans.

Cinq ans pour recréer une vraie gauche contestataire et constructive, ce n’est pas gagné, je vous l’accorde. Alors continuons à parler, écrire, échanger, lire, voir, écouter, tant qu’on en a encore le droit. La Gauche est morte, vive la Gauche !

A propos du film Réfutations de Thomas Lacoste : "Pour soutenir cette action, qui en appelle de nouvelles, vous pouvez acheter le DVD du film Réfutations sur le site www.lautrecampagne.org ou par chèque (10 euros) à l’ordre de l’Autre association, 3 rue des Petites Ecuries, 75010 Paris."


Voir en ligne : Le film Réfutations de Thomas Lacoste

Notes

[1] Ces pourcentages sont calculés sur la base du nombre d’inscrits, et d’après les chiffres du Ministère de l’Intérieur, disponibles sur le site du Figaro. C’est vous dire si je suis honnête.


Partager

1 Message

  • Petite réflexion en passant : de l’urgence de ne pas creuser le fossé avec tous ces électeurs sarkosystes contre qui nous sommes tant en colère.

    Au contraire c’est l’heure de l’échange et de la confrontation constructive.

    Il ne s’agit pas seulement de refonder la gauche (houlala ça fait mal l’explosion des partis de gauche/ ça fait mal le PS en centre gauche/ ça fait mal oui) ; il s’agit surtout de faire que la France ne soit plus à droite. Que chacun des français ne soit plus à droite.

    Et pour ça, il faut responsabiliser. ce n’est pas parce que la gauche n’a pas été au point sur les élections que Sarkosy a gagné, c’est parce que les français votants sont en majorité à droite. Mais se rendent-ils seulement compte exactement de ce pour quoi ils ont voté ?

    Aujourd’hui il ne faut pas s’en prendre au programme du PS, il faut prendre le programme de Sarkosy à la lettre et le discuter point à point avec ceux qui ont voté pour lui. Qu’ils sachent et qu’ils assument ce pour quoi ils ont voté.

    Et pourquoi pas un nouveau militantisme de droite ? Je m’explique : si certaines personnes ont voté pour Sarkosy mais ne sont pas d’accord avec TOUTES ces positions, qu’ils influencent donc aujourd’hui leur président pour qu’il change ses positions. On les veut dans la rue pour assagir notre yachtman.

    Il faut redonner aux votants sarkosystes ce qu’ils ont abandonné : leur responsabilité. Ils se sont laissés endormir par les médias, les pubs, l’argent, le chacun pour soi, la loi du plus fort, la haine, la colère, l’envie et j’en passe ... Et bien il faut les refaire être citoyens, responsables de leurs actes devant autrui, et autrui : c’est nous qui sommes coincés dans un bateau qui nous opresse...

    Pas facile comme chemin : un vrai retour de politique... pour renouer avec l’idéal !