La braguette et le bâton - La Révolution en Charentaises

Accueil du site > L’écrit du peuple > La braguette et le bâton

La braguette et le bâton

jeudi 7 juillet 2005, par Laura Diaz / 9301 visites

Faut-il punir les porteurs du virus du sida ?

Love et cetera ?

La question est polémique. On ne peut plus. Elle s’inscrit dans une optique de responsabilisation des porteurs du VIH dans la diffusion du virus. La pénalisation viserait les personnes infectées qui ont sciemment contaminé leurs partenaires sexuels, souvent pour éviter d’avoir à essuyer un refus de la part de ces-derniers au moment du passage à l’acte. L’affaire n’est pas mince lorsque l’on sait que vient d’être condamné un homme de trente ans originaire de Strasbourg pour avoir transmis le virus à deux de ses compagnes occasionnelles sans les avoir averties au préalable évidemment. Certaines associations comme Femmes positives cherchent à responsabiliser le comportement sexuel des malades : la pénalisation qui va jusqu’à 6 ans de prison est le cas extrême prévu, l’association cherche avant tout à faire prendre conscience d’un problème non tant de santé public que du desarroi psychologique qui pousse ces personnes à adopter des comportements à risques mettant la vie d’autrui en danger. D’autres, juristes notamment, insistent sur le fait que de toute façon les relations entre partenaires relèvent déjà de la responsabilité partagée dès lors qu’il y a consentement mutuel au moment de l’acte sexuel.

Pour le meilleur et pour le pire

La Suisse, elle, a choisi la juridicisation de la responsabilité. Mais le recours au judiciaire est-il bien la bonne solution ? Certains arguent que précisément on risque par cette voie de favoriser un effet pervers, bien plus dangereux sur le plan de la prévention car il réduit la visibilité du délit, à savoir le refus de se faire dépister à seule fin d’éliminer toutes possibilités de poursuites judiciaires. C’est pourquoi les associations cherchent plutôt à dépénaliser la responsabilité et préconisent à la place une prise en charge psychologique des malades honteux de révéler leurs maladies à leurs partenaires.


Partager